dimanche 9 décembre 2018

La tresse de Laetitia Colombani



La tresse
de Laetitia Colombani

Éditions Le Livre de Poche

Sortie le 30 mai 2018
Format poche / 240 pages / Prix 7,20 €



Présentation de l'éditeur :

Les destins croisés de trois femmes, sur trois continents. En Inde, Smita, intouchable, rêve de voir sa fille apprendre à lire. Giulia est ouvrière à Palerme. Quand son père a un grave accident, elle découvre que l'atelier familial est ruiné. Sarah, avocate canadienne, apprend quelle est atteinte d'un cancer du sein. Prix Relay 2017, Globe de cristal du meilleur roman 2018. Premier roman.


Mon avis :

La tresse est un roman court, mais assez fort. Bien que la fin ne soit pas totalement satisfaisante, j'ai passé un bon moment de lecture. On découvre le destin de trois femmes, trois femmes sur des continents différents, aux vies bien dissemblables. Ce ne sont que des tranches de vies et on les suit sur le moment qui va changer leur vie à jamais. 

Le livre étant court, le lecteur est directement propulsé dans l'histoire. Les intrigues sont peu joyeuses et on découvre ainsi le drame qui va transformer la vie de ces héroïnes à jamais. Toutefois, elles décident de se battre et de ne pas laisser les événements les submerger.
Ce livre nous montre que même dans les situations difficiles, on peut toujours se battre et en ressortir grandi. 

La fin m'a laissée un peu sur ma faim, surtout concernant l'une des protagonistes. J'aurai aimé avoir davantage de certitudes sur son avenir. 
L'écriture est simple et fluide, le roman se lit très facilement et rapidement. 

C'est donc un petit livre intéressant, qui met en avant le destin de femmes bien différentes. 






vendredi 16 novembre 2018

Déracinée de Naomi Novik



Déracinée
de Naomi Novik

Éditions J'ai lu

Sortie le 26 septembre 2018
Format poche / 509 pages / Prix 8,50 €



Présentation de l'éditeur :

Depuis toujours, le village de Dvernik est protégé des assauts du Bois - une forêt maléfique douée d'une volonté propre - par le "Dragon", un puissant magicien. Celui-ci, en échange de ses services, prélève un lourd tribut : à chaque génération, la plus jolie jeune femme de la communauté disparaît dans sa tour. Cette année, c'est Kasia qui sera choisie. Forcément, c'est la plus belle, la plus populaire. Personne n'en doute, et encore moins Agnieszka, qui n'a jamais voulu de cet honneur. Mais les choses ne vont pourtant pas se passer comme prévu, et Agnieszka va découvrir un monde au-delà de l'entendement...


Mon avis :

Que ce soit dit : ce livre a été un gros coup de cœur. J'ai adoré du début à la fin ! Et plus encore puisque je poursuis en quelque sorte ma lecture en recherchant des romans sur les histoires traditionnelles de Russie et de Pologne. 

Ce roman est enchanteur, il se dévore tout seul. L'intrigue est palpitante. On suit Agnieszka qui, contre toute attente, se retrouve choisie par le Dragon pour aller vivre dans sa tour pendant 10 ans. Personne ne sait ce que deviennent les filles choisies, si ce n'est que 10 ans plus tard, quand elles réapparaissent, elles font le choix de quitter la région et ne remettent plus jamais les pieds dans leur village natal. 

Je ne dis pas que ce roman est exempt de défauts, cependant ils ne sont pas assez importants pour en tenir rigueur à l'ouvrage. Le roman parle de magie, de sorcières, de royaumes, d'un Bois maléfique, d'une reine disparue... L'écriture est comme un chant, comme le chant d'Agnieszka quand elle invoque la magie. C'est fluide, ça coule de source, c'est magique. 

Les protagonistes sont captivants, on a beaucoup de plaisir à les découvrir, à en apprendre davantage sur eux, leur passé, leurs blessures, leurs défauts, mais aussi leurs motivations, leurs désirs. 

Je recommande chaudement ce roman ! 


mercredi 14 novembre 2018

La Maîtresse de Rome de Kate Quinn



La Maîtresse de Rome
de Kate QUINN

Éditions Pocket

Sortie le 20 juin 2013
Format broché / 696 pages / Prix 8,60 €



Présentation de l'éditeur :

La Rome du Ier siècle est sauvage. Des banquets aux orgies, des jeux du cirque aux complots politiques, la capitale de l'Empire sombre dans une frénésie de plaisir et de violence. Thea, jeune esclave d'une arrogante aristocrate, va bientôt devenir la femme la plus influente de la cité. Belle et intelligente, elle fera tout pour préserver son amour pour Arius le Barbare, gladiateur et idole du peuple. Quitte à défier l'Empereur, qui s'est promis d'en faire sa maîtresse...


Mon avis :

Ce roman nous plonge dans la Rome antique, sous le règne de l'empereur Domitien, où nous suivons Théa, une jeune esclave.

L'histoire s'étale sur une douzaine d'années au cours desquelles nous allons découvrir la vie à Rome, les jeux du cirque, la place des esclaves dans la société, l'empereur Domitien, le Sénat, les vestales, les gladiateurs...
En tant que lecteur nous apprenons beaucoup de choses et les deux pages supplémentaires à la fin du roman expliquant quels sont les faits inventés et les faits réels est un gros plus. Il est très agréable de pouvoir savoir exactement quelle est la part de fiction d'un roman historique et quels sont les événements qui se sont réellement produits. 

L'intrigue est prenante. L'histoire de Théa est très intéressante, pleine de rebondissements, de drames, de joies, nous suivons cette jeune fille avec beaucoup d'intérêt. C'est un personnage fort attachant, avec du caractère mais aussi intelligente et cultivée. Son statut d'esclave est lié à sa religion ; malheureusement, à cette époque, c'était une raison suffisante pour perdre sa liberté. 
Les autres protagonistes sont aussi captivants : Arius le farouche gladiateur, Domitien l'empereur terrible, la détestable Lepida, mais aussi le cultivé sénateur Marcus, et bien d'autres encore.  

C'est un roman qui nous entraîne dans les aspects les plus sombres de cette époque. Les sujets traités sont parfois durs, souvent brutaux. Le sexe et la violence sont omniprésents. Cependant, l'auteure ne rentre pas dans le gore ou l'horreur. Elle ne décrit pas les événements les plus difficiles, elle fait des ellipses bien placées afin d'éviter au lecteur les actes les plus abominables. 

Le lecteur se retrouve entraîné dans une histoire incroyable à une époque passionnante. Malgré les 700 pages, les chapitres défilent et on ne voit pas le temps passer. 



lundi 12 novembre 2018

LoveStar de Andri Snaer Magnason



LoveStar
de Andri Snaer Magnason

Éditions J'ai lu

Sortie le 6 mai 2017
Format poche / 382 pages / Prix 8,00 €



Présentation de l'éditeur :

LoveStar, industriel génial et visionnaire, a bâti sa fortune sur un système de communication inspiré des oiseaux migrateurs, libérant pour toujours l'humanité du carcan de l'électronique. Et ce n'était que le premier jalon de son empire. Entre autres inventions révolutionnaires, REGRET vous permet de rembobiner vos enfants, inLove calcule votre âme soeur sans erreur possible, et avec LoveMort vous pouvez offrir à vos concitoyens le spectacle grandiose de votre corps changé en étoile filante. Indridi et Sigidur filaient le parfait amour, jusqu'au jour où Sigidur reçoit sa lettre d'inLove : ça y est, le système a trouvé son seul et unique... mais ce n'est pas Indridi !


Mon avis :


L'auteur nous plonge dans un avenir très spécial, un monde futuriste où un homme, Lovestar, a créé diverses inventions permettant d'« améliorer » la vie des personnes. 
Ainsi, chaque personne est continuellement connectée. Elle peut à tout moment téléphoner à quelqu'un, augmenter le thermostat chez elle, allumer les lumières et faire une recherche sur internet, le tout par la pensée.
Il est aussi possible de « rembobiner » les enfants. Si un enfant a mal démarré dans la vie et qu'il est trop capricieux, qu'il est méchant ou violent, il est possible de le rembobiner et de recommencer à zéro. Lovestar a aussi créé InLove, un système qui permet de trouver l'âme sœur. Une fois celle-ci trouvée, vous passerez le plus clair de votre temps avec elle, les yeux dans les yeux, scotché l'un à l'autre. Et ce ne sont que quelques exemples des nombreuses inventions de Lovestar. 

Cette dystopie est traité avec beaucoup d'absurde. Néanmoins, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous demander si nous ne nous dirigeons pas vers ce genre de situations, aussi insensées soient-elles...
Sous la belle surface de cette vie, le lecteur aperçoit rapidement que tout n'est pas si beau. Certains passages font même écho au très célèbre 1984 de George Orwell. 
Ce roman est traité de telle sorte qu'il cherche à faire rire ou du moins sourire le lecteur. L'auteur part parfois dans des situations tellement rocambolesques que ça en devient aberrant. Ce côté complètement décalé peut rebuter plus d'un lecteur qui décrochera en cours de route à la lecture de l'ouvrage. 
C'est malgré tout un roman qui fait réfléchir, qui fait écho au monde d'aujourd'hui et qui dénonce des pratiques et vers quoi nous nous dirigeons. C'est donc une dystopie originale qui choisit un ton différent de ce qu'on a l'habitude de lire, un ton comique et extravagant. 



vendredi 9 novembre 2018

Les Jours meilleurs de Cecelia Ahern



Les Jours meilleurs
de Cecelia Ahern

Éditions Milady

Sortie le 13 juin 2018
Format poche / 381 pages / Prix 7,90 €



Présentation de l'éditeur :

Une histoire aux couleurs de l’espoir par la talentueuse auteure de P.S. I Love You...
À force de traquer le scoop et de dévoiler la vie privée des gens dans les colonnes de la presse à scandale, Kitty est dans l’impasse. Sa carrière de journaliste piétine, et ses frasques lui valent une réputation désastreuse. Tout s’effondre quand elle apprend que Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui demande quelle histoire elle a toujours rêvé d’écrire. Mais la réponse arrive trop tard, sous la forme d’une liste de cent noms, sans aucune explication. Bien décidée à percer le mystère, Kitty tente de comprendre ce qui relie entre eux ces inconnus. En allant à leur rencontre, elle va découvrir des aspects pour le moins inattendus de la vie de Constance et peut-être même trouver un sens à la sienne.
« Ces pages vous mettront du baume au cœur et les larmes aux yeux. » - Romantic Times
« Cecelia Ahern a décidément plus d’un tour dans son sac : elle réussit encore à nous surprendre. » - Bookreporter
« Un conte émouvant sur les nouveaux départs. » - Kirkus
« Ce conte émouvant ravira tous les fans de Cecelia Ahern. » - Booklist


Mon avis :

C'est toujours un bonheur de lire un livre de Cecelia Ahern. Cette auteure a toujours le ton juste, elle arrive à exprimer grâce à sa plume des sentiments complexes, des ressentis, des impressions qui font écho à notre vie. On arrive à chaque lecture à s'identifier à des situations ou à des personnages. 

Encore une fois, ce roman fait mouche. Kitty est une journaliste qui a fait une énorme boulette dans son travail. Une boulette tellement grave qu'elle se retrouve devant le tribunal. Cette erreur lui a mis tout le monde à dos, sa vie est devenue un enfer. En pleine tempête émotionnelle, Kitty décide de rendre hommage à sa mentor et meilleure amie Constance et d'écrire l'histoire que cette dernière n'a pas eu le temps de terminer. Néanmoins, la tâche va se révéler plus ardue que prévu. En effet, Kitty ne dispose que d'une liste avec cent noms. Cent noms et aucune note explicative, aucune adresse, aucun indice pouvant indiquer quel est le sujet de l'article.
S'ammorce alors une course contre la montre pour Kitty : trouver ces personnes, trouver le lien les réunissant et rédiger l'article qui sera un hommage à la grande femme qu'était Constance. 

C'est un roman merveilleux. Il commence dans une ambiance assez lourde. Kitty est harcelé, elle perd son travail, sa meilleure amie perd son combat contre le cancer... bref, elle vit des jours plus que difficiles. Heureusement, l'auteure ne nous laisse pas longtemps nous morfondre avec l'héroïne. Cette dernière prend les choses à bras le corps afin de réussir son article et cette quête va lui rappeler pourquoi elle voulait être journaliste et va la rappeler à elle-même. 

C'est un très beau roman qui encourage les gens à être acteur de leur vie, mais aussi à l'apprécier et à se rendre compte de la valeur de celle-ci. 
L'auteure utilise des mots justes et nous entraîne dans une très belle histoire qui nous laisse avec un sourire aux lèvres et peut-être même quelques poussières dans l'œil. C'est un roman feel good que je recommande chaudement. 


mercredi 7 novembre 2018

L'origine: Amber Farrell, Tome : 0 de Mark Henwick



L'origine: Amber Farrell
Tome : 0
de Mark Henwick

Éditions Milady

Sortie le 22 août 2018
Format numérique / 158 pages / Prix 2,99 €



Présentation de l'éditeur :

Découvrez en exclusivité la première aventure d’Amber Farrell, ex-militaire, policière en herbe, et future vampire...
« J’avais perdu toute mon équipe avant de frôler la mort à mon tour. D’une certaine manière, j’étais morte cette nuit-là, et je me retrouvais aujourd’hui dans cette situation précaire, à marcher sur une corde raide entre la traque de créatures prétendument imaginaires et le risque de finir enfermée si j’en devenais une. »
Seule survivante d’une attaque meurtrière qui décime son unité, Amber Farrell est contrainte de quitter les forces spéciales pour s’enrôler dans la police de Denver. Mais si elle a échappé de justesse à la mort, l’armée ne la laissera pas s’en tirer si facilement. Car sa vie et sa liberté dépendent de sa véritable mission : si elle ne parvient pas à prouver l’existence des vampires et à retarder sa propre transformation, c’est le retour en cellule qui l’attend... Lorsqu’une série de morts suspectes frappe la ville, Amber se voit obligée de choisir entre devoir et instinct, entre ce que lui imposent ses obligations et ce que lui dicte sa conscience.
Amber fait à présent partie d’un monde nouveau, et il n’est plus possible de revenir en arrière...
Retrouvez Amber Farrell dans La morsure du serpent, premier tome de cette nouvelle série passionnante.


Mon avis : 

J'ai fait le choix de lire d'abord le tome 1 avant de lire ce tome sur les origines d'Amber. Ce qui correspond d'ailleurs à l'ordre d'écriture de l'auteur. 

Mon premier constat, c'est que le titre ne correspond pas vraiment à l'histoire. L'origine aurait dû davantage correspondre à ce qu'il s'est passé dans l'armée et raconter l'événement qui a changé la vie d'Amber. Or ici, l'histoire, qui est bien un préquel, raconte comment Amber est devenue détective privée. 

Après un événement dramatique qui a décimé toute son unité, Amber n'est plus la même et doit quitter l'armée. Elle décide de retourner auprès de sa famille à Denver et de rentrer dans la police. 
Cette vie ne lui convient pas réellement, néanmoins, plusieurs événements vont s'enchaîner qui vont encore une fois changer sa vie. 

Ce préquel est intéressant. Il explique un événement important du passé d'Amber (pas le plus important cependant), qui est souvent mentionné dans le tome 1. On découvre les personnes qui, dans les tomes suivants, font partie de son entourage. 
L'histoire est prenante, mais on reste sur notre faim car on souhaite en savoir plus. 
C'est un tome qui complète bien l'histoire, mais pas suffisant pour vraiment prendre la mesure de la saga. 


mardi 11 septembre 2018

Amber Farrell, tome 1 : La morsure du serpent de Mark Henwick



Amber Farrell
Tome 1 : La morsure du serpent
de Mark Henwick

Éditions Milady

Sortie le 22 août 2018
Format poche / 680 pages / Prix 8,20 €



Présentation de l'éditeur :

« En deux ans, je n’étais ni morte, ni morte-vivante, ce que je considérais comme un exploit. Pourtant, ce n’était pas les occasions qui avaient manqué. Même quand je n’en cherchais pas vraiment. »
Pour Amber Farrell, ex-membre des forces spéciales, la vie de détective privée n’a pas que du bon. Un camion a tenté de l’écraser, sa tête est mise à prix, et les sinistres Athanates veulent à tout prix mettre la main sur elle. Et la semaine ne fait que commencer...

Lorsque la troublante Jennifer Kingslund l’engage pour enquêter sur les sabotages dont elle est victime, Amber découvre que les vampires sont loin d’être les seuls à rôder dans l’ombre de Denver. Une guerre ancienne menace sa patrie, et tous les camps sont bien décidés à l’y entraîner...


Mon avis :

Voici le premier tome d'une nouvelle saga d'urban fantasy. Enfin un peu de sang frais dans le genre. Quoique... plutôt du sang tiède, car on retrouve quand même beaucoup de similarités à des romans du même genre : une héroïne à la langue bien pendue, détective privée, qui n'est pas tout à fait humaine, qui fréquente des êtres pas tout à fait humains et qui se voit confier une enquête qui l'entraînera encore plus dans le monde des surnaturels. 

Cependant, malgré le schéma déjà vu, ce premier tome se lit bien. L'auteur ajoute quelques touches personnelles qui font que le lecteur se retrouve entraîné dans l'histoire. Le rythme est assez soutenu, Amber doit jongler avec de nombreux problèmes qui lui laissent peu de répits. 

Les personnages sont sympathiques, mais c'est un premier tome donc on en découvre trop peu sur eux pour vraiment accrocher à l'un ou à l'autre. L'héroïne est sympathique cependant mis à part son physique original, elle n'a pas grand chose qui la différencie des autres héroïnes du genre. 
La seule personne qui m'a réellement intriguée est Tullah, la secrétaire/assistante d'Amber. 

L'auteur aborde certains sujets de manière superficielle mais laissant supposer un univers intéressant avec sa propre touche. Il faut espérer que dans les prochains tomes les intrigues poussent l'héroïne à s'aventurer davantage dans les différents mondes qu'elle a découverts et qu'elle en apprendra plus sur ses origines. 

C'est donc un premier tome intéressant, mais pas transcendant. Il va falloir lire la suite pour vraiment se faire un avis sur cette nouvelle saga. 

dimanche 9 septembre 2018

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes



Des fleurs pour Algernon
de Daniel Keyes

Éditions Flammarion

Sortie le 12 janvier 2011
Format broché / 443 pages / Prix 11,00 €



Présentation de l'éditeur :

" Si l'opération réussi bien je montrerai a cète souris d'Algernon que je peux être ossi un télijen quelle et même plus. Et je pourrai mieux lire et ne pas faire de fotes en écrivan et apprendre des tas de choses et être comme les otres. " Chalie Gordon a 33 ans et l'âge mental d'un enfant de 6 ans. Il voit sa vie bouleversée le jour où, comme la souris Algernon, il subit une opération qui multipliera son Q.I. par 3. Charles va enfin pouvoir réaliser son rêve . devenir intelligent. Au jour le jour, il fait le compte rendu de ses progrès. Mais jusqu'où cette ascension va-t-elle le mener ?


Mon avis :

Ce roman est décomposé en comptes-rendus écrits par Charlie Gordon, jeune homme d'une trentaine d'années qui a un Q.I. de 68, mais qui a une incroyable soif d'apprendre. Un jour, des scientifiques viennent le trouver afin qu'il participe à une expérience qui pourrait le rendre jusqu'à trois fois plus intelligent. 

C'est un très beau roman, l'auteur s'est adapté à l'intelligence de Charlie pour écrire ses comptes-rendus. En effet, au début, avant l'opération, le texte est difficile à lire, simpliste et surtout bourré de fautes d'orthographe. Au fur et à mesure de la lecture, on voit l'évolution du personnage à travers ses écrits, mais aussi de ses pensées. Sa capacité de raisonnement va évoluer avec la progression de son intelligence. Mais on va aussi constater que l'intelligence seule ne fait pas un homme. Et que, bien que Charlie progresse à une vitesse folle sur le plan intellectuel, il a encore beaucoup à apprendre émotionnellement. 

Ce roman est poignant. L'auteur, par petites touches et à travers d'autres personnages, nous prévient que l'on risque de souffrir avec Charlie. Et effectivement, l'ascension intellectuelle de Charlie s'accompagne aussi de prises de conscience souvent douloureuses, mais aussi de résurgence de souvenirs déchirants. 

C'est une lecture bouleversante, qui fait réfléchir le lecteur sur l'intelligence et les sentiments, mais aussi sur les personnes et le comportement que l'on peut avoir les uns envers les autres : les personnes intelligentes avec les personnes aux capacités plus limitées, les médecins avec leurs patients, les parents avec leurs enfants...
C'est un très beau roman à découvrir. 


mercredi 11 juillet 2018

Tous mes amis sont morts. de Avery Monsen et Jory John



Tous mes amis sont morts.
de Avery Monsen et Jory John

Éditions J'ai lu

Sortie le 6 juin 2018
Format album / 96 pages / Prix 6,90 €



Présentation de l'éditeur :

Le dernier arbre d'une forêt, le dernier dodo de l'île, un zombie esseulé, un sac à main soldé... Ils ont tous une chose en commun : Tous leurs amis sont morts. De la chaussette dont le binôme est porté disparu à la plante d'intérieur qui voit l'irresponsable propriétaire (que vous êtes) laisser ses amies mourir à petit feu, voici le plus triste livre drôle que vous lirez jamais.

Mon avis :

Ce petit livre est sorti aux États-Unis il y a 4 ans et, depuis, je croise souvent sa couverture ou des références sur les réseaux sociaux. C'est donc avec une joie non contenue que je me suis ruée dessus à sa sortie.

Bien que sa couverture laisse penser le contraire, c'est un livre destiné aux adultes. Il se dévore en 3 minutes chrono, il y a une ligne, voire un mot par double-page. Malgré la lecture rapide, cela ne m'a pas empêché de rire aux larmes et de passer un excellent moment. Les auteurs ont joué à la fois sur les mots, mais aussi sur les dessins. C'est très bien fait et souvent même surprenant. Certaines histoires sont excellentes, d'autres font un flop, mais ces dernières étant en minorité, cela n'est pas vraiment un problème. Il faudrait se procurer le livre en version originale afin de comparer les blagues, peut-être que certaines passent mieux en anglais.

Si vous voulez rire un bon coup, c'est le livre parfait. Je l'ai prêté déjà à plusieurs personnes et il a eu son succès. Je le recommande donc chaudement. Il est vrai que le prix pourrait rebuter certains lecteurs surtout sachant qu'il est très rapide à lire, cependant le plaisir est réellement là et c'est aussi un bonheur de voir quelqu'un le lire. Donc n'hésitez pas trop et partagez-le avec votre entourage.

Une suite est sortie outre Atlantique, espérons qu'on puisse la voir rapidement arriver en France !



dimanche 24 juin 2018

Dévoreur et Le roi cornu de Stefan Platteau



Dévoreur
Le roi cornu
de Stefan Platteau


Éditions J'ai lu 


Sortie le 2 mai 2018 
Format poche / 281 pages / Prix 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Vidal Silarius, brave éleveur d'ânes des monts de soufre, est un bon père et un camarade fidèle. Mais lorsqu'un astre s'embrase au-dessus de sa demeure, l'homme se met peu à peu à changer, sous les yeux horrifiés de ses enfants et de son amie Aube. La lumière néfaste du Dévoreur est en train d'accoucher d'un monstre... Jusqu'où Aube est-elle prête à aller pour le ramener parmi les humains ? Conte sanglant dont la puissance d'évocation symbolique n'a d'égal que la justesse stylistique, Dévoreur, ici précédé du Roi cornu, nous conduit vers des lieux inexplorés de l'univers des Sentiers des astres.

Mon avis :

Ce livre se divise en deux parties. La première : Le roi cornu est une nouvelle sur le peuple des Firwanes et leur roi. L'histoire se déroule 1000 ans avant Manesh. Nous découvrons comment les Firwanes ont quitté le continent pour aller s'établir sur l'île d'Evassë. Fuyant le Râpeux, un nendou, terrible démon qui souhaite conquérir leurs terres, le nouveau roi des Firwanes va devoir affronter plusieurs épreuves afin de mettre en sécurité son peuple.

La seconde : Dévoreur nous raconte une histoire d'ogre ou comment une étoile néfaste a pu influencer le cœur d'un homme, au point de le transformer complètement.

Dans ces deux histoires, nous retrouvons la plume de l'auteur, Stefan Platteau, et son talent pour conter des histoires et des légendes. Le lecteur se retrouve entraîné dans un monde où le surnaturel côtoie les simples mortels et nous découvrons comment ces entités divines influencent la vie des hommes.

C'est captivant, nous avons l'impression de lire une légende, quelque événement qui aurait marqué l'Histoire du monde, qui pourrait être narré dans plusieurs années par un ancien au coin du feu, légende qui se transmet de génération en génération. Cependant, le lecteur étant aux premières loges, le rythme est aussi soutenu et l'action est au rendez-vous. Nous n'avons pas le temps de nous ennuyer. Il y a du mystère, de la tension, de l'action, des morts, des péripéties surnaturelles, etc.

Le seconde histoire nous donne notamment l'occasion d'en découvrir davantage sur les mages, leur magie et aussi les planètes qui influencent les âmes des hommes. Le monde créé par l'auteur est passionnant et bien travaillé. On souhaite toujours en apprendre plus sur ce monde extraordinaire régi par des lois et des Dieux différents des nôtres.
C'est une lecture intéressante pour compléter la trilogie : Les sentiers des astres.


dimanche 27 mai 2018

Charley Davidson, tome 12 : Douze tombes sans un os de Darynda Jones



Charley Davidson
Tome 12 : Douze tombes sans un os
de Darynda Jones

Éditions Milady

Sortie le 25 avril 2018
Format poche / 380 pages / Prix 8,20 €



Présentation de l'éditeur :

Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C'est moi. Depuis qu'il s'est échappé des enfers où Charley l'avait emprisonné par accident, Reyes, réduit à l'état de démon, n'a plus qu'une idée en tête : détruire l'univers. Et si ce n'était pas assez de devoir l'en empêcher, Charley a un meurtre à dissimuler, deux apprentis détectives à surveiller, et des prêtres un peu trop curieux au sujet de sa fille à éviter... Quand les humains capables de voir le surnaturel commencent à disparaître, le nouvel alter ego de son mari est le premier suspect. Pour sauver le monde qu'elle a revendiqué, Charley devra-t-elle sacrifier l'homme qu'elle aime depuis l'aube des temps ? « Hilarant et émouvant, sexy et surprenant. Indispensable ! » J.R. Ward, auteure de La Confrérie de la dague noire

Avis de Cassiopée :

L'auteur arrive encore une fois à nous tenir en haleine avec toujours plus de rebondissements et de surprises dans ce douzième tome. Le lecteur est pris dans les multiples enquêtes dans lesquelles Charley s'implique et jongle parfois difficilement. D'ailleurs, à force de gérer plein de choses en même temps, elle commence à faire de sérieuses erreurs qui ont de graves conséquences. Sa légèreté et son humour ne vont pas beaucoup l'aider dans les situations qu'elle va devoir affronter. 

Darynda Jones nous offre un tome avec des répliques succulentes, mais aussi beaucoup de références et de clins d'œil. Le plaisir de lire est toujours là, le livre se dévore tout seul. Plusieurs éléments intéressants sont ajoutés à l'histoire, on en apprend davantage sur les relations qui liaient Rey'azikeen et Elle-Ryn-Ahleethia, mais aussi sur un nouveau personnage qui va faire son apparition (depuis le temps qu'on l'attendait !). 

Ce douzième tome est dans la continuité des précédents. Il nous offre beaucoup de surprises mais aussi un cliffhanger qui ne va pas nous aider à être patients avant l'arrivée du tome 13.



vendredi 18 mai 2018

Les Spellman, tome 4 : Les Spellman contre-attaquent de Lisa Lutz



Les Spellman
Tome 4 : Les Spellman contre-attaquent
de Lisa Lutz

Éditions Le Livre de Poche

Sortie le 28 mai 2014
Format poche / 504 pages / Prix 7,10 €



Présentation de l'éditeur :

À l'âge canonique de 32 ans, Izzy Spellman se laisse convaincre de prendre la direction du cabinet familial de détectives privés. La transition ne sera pas de tout repos ! Sa mère tente de la faire chanter pour l'obliger à rompre avec un barman qui ne correspond pas à son standing. Pris au jeu, son enquêteur infiltré comme maître d'hôtel chez un millionnaire, ne veut plus changer d'emploi. Et Henry, l’un de ses ex, flic accro au bio, essaie de renouer avec elle par tous les moyens... Et comme le pire arrive toujours dans cette famille de dingues, sa petite sœur Rae, la passionaria de l'erreur judiciaire, risque la prison. Mais quoi qu'il arrive, Izzy restera fidèle à la règle nº 1 du code Spellman : éviter tout comportement normal.

Mon avis :

Encore un tome croustillant à souhait dans une famille pas comme les autres. Les personnages continuent leur évolution. Izzy prend au sérieux son nouveau rôle dans l'agence, David c'est sa nouvelle relation qui occupe tout son temps, Rae va se trouver une passion pour les causes juridiques, leur mère Olivia décide de s'impliquer dans les relations amoureuses de ses enfants, leur père Albert fait tampon et Mort aimerait revenir à SanFran.

Encore une fois, on dévore le livre. Les personnages sont toujours aussi dingues mais aussi attachants. On rit, on lève les yeux au ciel, les protagonistes trouvent toujours plus d'idées pour essayer de faire fonctionner leur tribu, et ce, pour notre plus grand bonheur. Au menu : règles, camping, punitions... Ce tome nous poussera plus loin dans les émotions : de la joie, de la peine, on refermera même ce livre avec quelques larmes aux yeux.

L'écriture est toujours aussi sympathique avec des extraits de bandes audio, d'entretiens, de listes diverses, de règles... Ces petits éléments en fait un ouvrage très agréable à lire.

Madame Lutz a réussi de nouveau à écrire un roman prenant, distrayant et qui permet au lecteur de passer un très bon moment de détente. À dévorer sans modération.


Le Joueur d'échecs de Stefan Zweig



Le Joueur d'échecs
de Stefan Zweig

Éditions Le Livre de Poche

Sortie le 9 janvier 2013
Format poche / 128 pages / Prix 3,00 €



Présentation de l'éditeur :

Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu'antipathique ? Peut-on croire, comme il l'affirme, qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.

Le narrateur y parviendra. Les circonstances dans lesquelles l'inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous reportent aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.

Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit le personnage avec une ironie douloureuse, « pourrait servir d'illustration à la charmante époque où nous vivons ».


Mon avis :

Au cours d'une croisière, deux grands joueurs d'échecs vont s'affronter. Tous les deux ont des profils très différents. Si le premier, champion du monde, est réputé pour n'être brillant qu'uniquement aux échecs, le second, lui, fuit l'Europe et la guerre après une année de torture psychologique.

L'auteur nous raconte l'histoire de ces deux joueurs. Il aborde de nombreux thèmes comme la seconde guerre mondiale, la torture, la complexité de l'esprit humain, mais aussi les différentes voies de la réussite, et ce que l'on doit abandonner pour en arriver là.

L'écriture est bonne et on se retrouve happé par l'histoire qui se dévore en deux petites heures. Certains passages sont tellement prenant que le lecteur se retrouvera à lire au même rythme que le déroulement des événements, de manière parfois frénétique et rapide.

C'est une nouvelle intéressante et encore plus sympathique si vous jouez aux échecs.


dimanche 13 mai 2018

Les Vampires de Chicago, recueil de nouvelles : Les Morsures sont éternelles de Chloe Neill



Les Vampires de Chicago 
Les Morsures sont éternelles 
Recueil de nouvelles
de Chloe Neill

Éditions Milady

Sortie le 25 avril 2018
Format poche / 377 pages / Prix 8,20 €



Présentation de l'éditeur :

Découvrez quatre nouvelles inédites dans l’univers des Vampires de Chicago !
8.5 Morsures et bottes de cuirQuand l’une de ses vieilles amies l’appelle à l’aide, Lindsey vole à son secours – quitte à devoir pour cela traîner avec elle Luc, son trop séduisant partenaire...
8.6 Tout est bien qui mord bien
Rien ne résiste à Jeff, hackeur de haut vol, sauf la belle et dangereuse métamorphe Fallon Keene. Jusqu’à ce qu’elle réclame son aide afin de retrouver un objet précieux dérobé à la meute...
10.5 Vacances mordantesLes vacances tant attendues de Merit et Ethan tournent rapidement au drame lorsque leur lieu de séjour s’avère être le lieu d’une querelle séculaire entre vampires et métamorphes. Et si le dernier meurtre en date n’est pas résolu rapidement, ce n’est pas un bain de minuit qui les attend, mais un bain de sang !
12.5 La morsure fantôme
Et si les vampires ne craignent généralement pas les autres morts-vivants, le spectre qui hante les cimetières de Chicago et profane les tombes pourrait se révéler plus dangereux qu'ils ne le croient...

Mon avis :

Quel plaisir de se replonger dans le monde des Vampires de Chicago. Dans ces quatre nouvelles, nous avons la chance de retrouver de nombreux personnages et différents petits problèmes qu'ils ont du régler. 

Le grand plus de ce recueil réside dans les deux premières nouvelles. En effet, dans la première nous en découvrons davantage sur Lindsey et son passé. Dans la seconde, c'est Fallon qui est à l'honneur ; on en apprend plus sur ses devoirs envers la meute et sur quelques traditions. Cependant, ce qui rend ces deux nouvelles irrésistibles, c'est qu'elles marquent l'événement qui va faire que ces deux femmes vont ouvrir leur cœur et s'engager pleinement dans leurs relations avec deux hommes extraordinaires, respectivement : Luc et Jeff. 

Les deux dernières nouvelles sont néanmoins aussi très attrayantes et dans celles-ci, c'est Merit qui redevient la narratrice. Dans Vacances mordantes, on retrouve un personnage qui m'avait personnellement énormément manqué, Damien Garza, on a même des nouvelles de Boo, le petit chaton qu'il avait sauvé. 
Dans la dernière, nos héros préférés se retrouvent confrontés à une menace surnaturelle qu'ils n'avaient encore jamais croisée : les fantômes !

Chaque nouvelle a ses éléments attrayants. On y retrouve le cocktail habituel de la saga : de l'humour, de l'action, une menace surnaturelle et de la romance. À dévorer sans modération pour tous les fans de la série !

dimanche 22 avril 2018

Abîmes et ténèbres, tome 1 : L'éclipse de Nora Roberts



Abîmes et ténèbres
Tome 1 : L'éclipse

de Nora Roberts

Éditions J'ai lu

Sortie le 7 mars 2018
Format broché / . pages / Prix 14,90 €



Présentation de l'éditeur :

Au Nouvel An, un virus inconnu se répand puis tue le tiers de la population mondiale en seulement quelques semaines. Les rescapés fuient, les villes se dépeuplent. Mais à la croisée des chemins se rejoignent certaines destinées. Arlys, journaliste télé, quitte New York, devenue hostile et dangereuse. Lana, enceinte, trouve refuge dans le Maryland auprès de Simon, un ancien militaire.
Et quand l’heure sera venue pour Fallon de venir au monde, la prophétie se révélera. Car cette enfant devra un jour sauver l’humanité. Celui de ses quinze ans…

Mon avis :

L'éclipse est le premier tome d'une saga qui est fortement prometteuse. Très dense, très complète et très bien travaillée, le lecteur se retrouve immergé dans une histoire qui décrit un futur dramatique.

Tout d'abord, petit avertissement au sujet du résumé qui a été très mal rédigé et qui donne beaucoup trop d'informations qui sont carrément des spoilers pour ce premier tome.

Tout commence par une simple partie de chasse en Écosse... Une partie de chasse qui va avoir de lourdes conséquences : La Calamité. Un virus mortel décime la population en un temps record. Les ténèbres s'abattent sur le monde, le chaos s'installe... Avec la disparition d'une partie de la population, le monde perd pied : plus d'électricité, plus d'ordre, plus de communication, plus d'informations...
Pour contrebalancer la perte de la technologie, une partie de la population développe une nouvelle capacité : la magye. Certains d'entre eux choisiront de l'utiliser à bon escient et prendront la voie de la lumière, d'autres l'utiliseront pour faire le mal et préféreront la voie des ténèbres.
C'est le temps de la survie : pillages, meurtres, vendetta mais aussi solidarité, entreaide, partage...

L'auteur a découpé l'ensemble en plusieurs parties. Chaque partie est une grande étape dans la transformation mondiale causée par La Calamité. On suit différents groupes de personnes et on observe ce que chaque étape a comme conséquences dans leurs vies : Arlys, journaliste; Chuck, génie de l'informatique; Fred, stagiaire pour une chaîne de télévision; Katie, enceinte de jumeaux; Jonah, ambulancier; Lana, cuisinière; Max, écrivain; Rachel, médecin urgentiste...
Ce premier tome installe les prémices d'une plus grande histoire. C'est la genèse du nouveau monde.

Nora Roberts a créé quelque chose d'abouti. Elle a travaillé et bien détaillé tous les aspects des conséquences qu'un tel fléau pourrait produire, tout cela en intégrant en même temps la magye et les effets supplémentaires que cela peut avoir sur la population.
C'est un livre passionnant et très bien écrit. On ne s'ennuie pas. Chaque partie est bien dosée, les bonds dans le temps bien calculés. L'auteur nous offre une dystopie avec tout ce que l'on aime : un virus mortel, de la magye, de la survie, une prophétie et surtout nous promet un futur sauveur qui va exploser la tête des méchants, le tout sur fond de légende celtique.

C'est la nouvelle série à ne pas manquer pour les fans d'urban fantasy / dystopie. Tous les ingrédients sont là et on a aux fourneaux une écrivaine de talent. Le résultat est parfait et délicieux !

samedi 14 avril 2018

La duchesse de Bloomsbury Street de Helene Hanff



La duchesse de Bloomsbury Street
de Helene Hanff

Éditions Payot

Sortie le 14 octobre 2015
Format poche / 189 pages / Prix 7,10 €



Présentation de l'éditeur :

Imaginez un croisement entre Mme de Sévigné et Woody Allen : vous obtiendrez Helene Hanff, qui doit son passeport pour l'éternité à un talent unique d'épistolière joint à une perfusion d'humour juif new yorkais et à un amour immodéré pour la littérature anglaise. Son best-seller, 84, Charing Cross Road, est né de vingt ans de correspondance (1949-1969) avec le personnel d'une librairie londonienne spécialisée en livres rares. Ici, Helene arrive enfin à Londres en juin 1971. L'ami libraire, Frank Doe, est décédé sans qu'elle ne l'ait jamais rencontré, mais sa veuve, sa fille et une foule de personnages hauts en couleur l'accueillent lors de ce séjour, ses premières vacances à l'âge de cinquante-quatre ans.

Mon avis :

La duchesse de Bloomsbury Street de Helene Hanff fait directement suite à 84 Charing Cross Road. Le lecteur perd tout l'intérêt du livre s'il n'a pas lu ce dernier avant.

En effet, après avoir correspondu pendant dix-neuf ans avec Frank Doel, libraire chez Marks & Co, librairie Londonienne, Helene a enfin la possibilité de venir rendre visite à ses amis. Elle avait dû annuler plusieurs fois sa venue suite à différents aléas de la vie.
Mais enfin, en 1971, la voilà dans l'avion qui la mène à Londres ! Elle en a rêvé toute sa vie. Plus encore ces dix-neuf dernières années où elle s'est fait de nouveaux amis là-bas grâce à sa correspondance.

Suite à la publication sous forme de roman de ses échanges avec Frank, sa maison d'édition anglaise lui offre l'opportunité de venir à Londres afin d'en faire la promotion. Ni une, ni deux, elle saute sur l'opportunité ! Ce second roman est le journal de bord de son voyage à Londres. Elle y raconte chaque journée passée là-bas : ses visites, ses rencontres, etc. Encore une fois, c'est son histoire qu'elle publie ici. Son journal.

Le début de ce roman est particulièrement touchant. Je ne nierai pas avoir versé ma petite larme en lisant les premiers chapitres. La fin de 84, Charing Cross Road est assez abrupte et le début de La duchesse de Bloomsbury Street, nous permet de panser notre chagrin qui ne nous a pas quitté depuis la fin du premier roman.

Lire Helene via ses lettres ou via son journal est tout aussi savoureux. Encore une fois on y retrouve son humour, son franc parlé, mais ici plus que sa passion pour les livres, on découvre sa passion pour l'Angleterre. C'est un pays qui a vu naître nombre d'auteurs et de grands hommes et femmes et elle est extrêmement touchée de pouvoir fouler des pieds les lieux où jadis ces personnes ont vécu. Sa passion et son enthousiasme sont communicatifs et on souhaiterait pourvoir se balader et visiter tous ces endroits avec elle !

C'est un joli roman qui fait parfaitement suite à ses lettres et qui comblera le lecteur qui souhaitait, tout autant qu'Helene, qu'elle puisse un jour se rendre au 84, Charing Cross Road.


mercredi 11 avril 2018

84, Charing Cross Road de Helene Hanff



84, Charing Cross Road
de Helene Hanff

Éditions AUTREMENT

Sortie le 2 novembre 2016
Format broché / 144 pages / Prix 16,00 €



Présentation de l'éditeur :

"3 novembre 1949
Les livres me sont bien parvenus, le Stevenson est tellement beau qu’il fait honte à mes étagères bricolées avec des caisses à oranges. Moi qui ai toujours eu l’habitude du papier trop blanc et des couvertures raides et cartonnées des livres américains, je ne savais pas que toucher un livre pouvait donner autant de joie."

Livre culte depuis sa première publication en 1970, ce petit joyau de correspondance est une véritable déclaration d’amour aux livres et aux librairies.

Mon avis : 

Voici un très joli roman épistolaire qui reprend la correspondance d'Helene Hanff, New-Yorkaise, avec Frank Doel libraire dans une librairie de livres d'occasion à Londres.

Helene aurait pu aller chercher ses livres dans une bibliothèque ou dans les multiples librairies établies à New-York, mais elle a choisi de faire affaire avec la librairie Marks & Co du 84 Charing Cross Road à Londres. Et c'est ainsi que commence une correspondance de dix-neuf années ! Dix-neuf années d'envois de livres, d'échanges, d'amitié... sans jamais se rencontrer.

La richesse de ces lettres provient principalement de l'humour et de la répartie de Helene Hanff. Elle a un franc parlé, elle aime taquiner, on se régale à la lire, réclamer des livres à Frank ou s'extasier devant le nouvel ouvrage qu'elle a reçu. Ce qui fait le charme du roman, c'est aussi la gentillesse d'Hélène qui n'hésite pas à envoyer des vivres à ses nouveaux amis libraires qui subissent le rationnement suite à la Seconde Guerre Mondiale.

C'est un roman plein de vie, plein de gentillesse et d'amour des livres. On se délecte à lire ces échanges et on les apprécie encore davantage en sachant que tout cela est une histoire vraie et que l'auteur a publié sa propre correspondance.

C'est un petit bijou qui se lit en un rien de temps, qui vous donnera le sourire et un peu de chaleur dans le cœur.

Attention, après ce roman, il faut lire La duchesse de Bloomsbury Street de Helene Hanff, qui fait directement suite à 84, Charing Cross Road et qui le complète parfaitement. Même si vous pouvez vous arrêter au premier, vous perdriez beaucoup à ne pas lire la suite !


mardi 10 avril 2018

Nouveaux contes traditionnels de Bretagne de Tristan Pichard



Nouveaux contes traditionnels de Bretagne
de Tristan Pichard

Éditions Locus Solus

Sortie le 21er février 2018
Format numérique / 160 pages / Prix 2,99 €



Présentation de l'éditeur :

Quand une princesse au sein d’or défend son honneur bafoué, quand ici un poisson d’or, là un chapeau enchanté permettent aux plus pauvres d’exaucer tous leurs souhaits, quand le Diable chevauche lla nuit sur la lande, c’est que le temps du conte a commencé. En voici 12 traditionnels de Bretagne, illustrés et modernisés, qui donnent au conteur un peu de répit face à l’Ankou faucheur d’âmes.

Mon avis :

J'ai eu un petit coup de cœur pour ce recueil de nouvelles. J'ai beaucoup aimé le travail de l'auteur sur la mise en place des nouvelles et leur intégration dans une histoire plus grande encore. J'ai trouvé ça super original et une fois commencé, on a qu'une hâte : finir les douze nouvelles afin de revenir à l'histoire de départ. J'ai adoré l'idée !

Les nouvelles sont très sympathiques, se lisent facilement et avec beaucoup d'intérêt. Les illustrations à chaque début de chapitre apportent encore un plus à l'ensemble.

À travers ces différentes nouvelles, on se balade dans toute la Bretagne, on croise des êtres magiques ou féériques, on en prend plein les yeux. Mais au-delà, les contes sont là pour donner des leçons et pour apprendre. Ainsi, chaque nouvelle a sa morale qui est enseignée au travers de ses personnages : malins, bêtes, avides, bons, paresseux, etc. On retrouve là un des objectifs du conte : faire réfléchir le lecteur sur la vie.

C'est un recueil très sympathique aux histoires courtes mais intéressantes, le tout assemblé dans une construction originale. Je le recommande !


mercredi 4 avril 2018

Frau Faust, tome 01 de Kore Yamazaki



Frau Faust
Tome 01
de Kore Yamazaki

Éditions Pika

Sortie le 2 novembre 2017
Format poche / 176 pages / Prix 7,50 €



Présentation de l'éditeur :

Érudite, mystérieuse et dotée d’étranges pouvoirs, la jeune femme que Marion rencontre par hasard en ville semble traverser les âges et renfermer bien des secrets. Mais lorsqu’elle demande à notre héros de l’aider à pénétrer dans une église en pleine nuit pour retrouver son « chien », il ne fait plus aucun doute que Johanna s’est affranchie des règles sacrées de l’Inquisition et que l’étrange aura qui l’enveloppe revêt des allures profanes. Quel est son lien avec le docteur Faust dont parlent les légendes ? Où se trouve la frontière morale entre le bien et le mal ? Toutes les certitudes du jeune Marion s’apprêtent à être bouleversées.

Mon avis :

Ce manga revisite le mythe du docteur Faust de manière originale. Ici, le docteur est une femme et elle cherche à tout prix à retrouver son démon Méphistophélès. En chemin, elle rencontrera un jeune garçon, Marion, qui va suivre dans son périple.

C'est à travers les yeux de Marion que l'on découvre qui est le docteur Faust. Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Quel est son passé ? Parfois les apparences peuvent être trompeuses et ce premier tome nous fait comprendre qu'il y a beaucoup à découvrir au delà de la surface.

Le lecteur se retrouve plongé dans l'Allemagne du XVème siècle. On y découvre l'alchimie, l'inquisition, le clergé... mais aussi et surtout l'histoire du fameux docteur Faust.

L'intrigue est prenante, on souhaite découvrir la suite et l'on regrette que le premier tome se termine si vite.
L'auteur a intégré une nouvelle à la fin de ce tome qui n'a pas de lien avec Frau Faust : Le Musée Invisible. C'est une très belle histoire, toute en poésie qui apporte un beau plus à l'ensemble de ce livre.
Pour information, la série est terminée au Japon et comprend 5 tomes.

lundi 2 avril 2018

L'Atelier des Sorciers, tome 01 de Shuji Takizawa



L'Atelier des Sorciers
Tome 01
de Shuji Takizawa

Éditions Pika

Sortie le 7 mars 2018
Format tankobon broché / 208 pages / Prix 7,50 €



Présentation de l'éditeur :

Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

Mon avis : 

Voici un premier tome très prometteur. 
Dans un monde où la magie existe, seul un petit nombre de personnes sont dans le secret et savent l'utiliser : les Sorciers. Coco est fascinée par la magie, elle rêve de pouvoir l'utiliser. Son souhait se voit exaucé un jour, mais malheureusement tout ne se passera pas comme prévu. 

Le lecteur entre vite dans l'histoire. Coco est une petite fille attachante, pleine de bonne volonté, de gentillesse et de gaité. Son plaisir évident face à toute forme de magie et son enthousiasme donnent une belle bouffée de fraîcheur à ce manga. 
Le monde est bien construit, l'auteur a créé un mode de fonctionnement de la magie qui peut peut-être faire penser à d'autres mangas ou romans, néanmoins elle a ses propres codes et idées, ce qui fait que l'on apprécie l'ensemble. On comprend que les Sorciers forment un groupe à part entière, qu'il existe même une académie, des villages... Mais l'auteur ne nous en donne qu'un aperçu, juste de quoi accrocher le lecteur et lui donner envie d'en savoir plus. 

Le graphisme est magnifique. Certaines planches font même plus penser à de la B.D. qu'à du manga. On admire les dessins, le trait, on est envouté par l'ensemble. C'est plus que réussi !

C'est donc un premier tome très intéressant et magnifique. C'est un manga à découvrir !

mercredi 14 mars 2018

La Trilogie du rempart sud, tome 1: Annihilation de Jeff VanderMeer



La Trilogie du rempart sud
Tome 1: 
Annihilation
de Jeff VanderMeer

Éditions Le Livre de Poche

Sortie le 20 septembre 2017
Format poche / 240 pages / Prix 7,10 €



Présentation de l'éditeur :

« Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu'aucune d'entre nous n'en voyait encore la menace. »

La Zone X, mystérieuse, mortelle.
Et en expansion.
Onze expéditions soldées par des suicides, meurtres, cancers foudroyants et troubles mentaux.
Douzième expédition. Quatre femmes. Quatre scientifiques seules dans une nature sauvage.
Leur but : ne pas se laisser contaminer, survivre et cartographier la Zone X.

Mon avis :

L'immersion est immédiate. Le lecteur se retrouve happé par la lecture de ce premier tome. Quatre femmes ont été envoyées dans la Zone X, zone mystérieuse et mortelle, afin de la cartographier et trouver des réponses sur cet endroit.
Avec la biologiste, une des participantes à l'expédition, nous découvrons la zone X dont on ne sait presque rien. Beaucoup d'informations sont tues. Mais il est clair que les personnes qui ont été envoyées là-bas mettent leur vie en jeu.

C'est un roman passionnant aux tons inquiétants et mystérieux. L'ambiance est là pour nous plonger dans un monde étrange où les questions sont plus nombreuses que les réponses.

L'écriture est faite sous forme de journal. Un journal que la biologiste remplit pour faire part de ses observations mais aussi de ses souvenirs. Pourquoi est-elle là ? Quel est son rôle ? Que cherche-t-elle ?

Si la fin offre plusieurs réponses, beaucoup d'interrogations ne trouveront pas d'explications mais qu'importe, certaines informations ne sont pas indispensables, on apprend à accepter de ne pas tout savoir.

C'est un premier tome qui se suffit à lui-même. Passionnant, un vrai page-tuner, il est à découvrir !


dimanche 11 mars 2018

Dirk Gently, détective holistique, tome 1 : Un cheval dans la salle de bains de Douglas Adams



Dirk Gently, détective holistique
Tome 1 : Un cheval dans la salle de bains

de Douglas Adams

Éditions Gallimard

Sortie le 6 février 2003
Format poche / 375 pages / Prix 7,25 €



Présentation de l'éditeur :

De Sherlock Holmes à Philip Marlowe, il existe une longue tradition de détectives privés brillants, astucieux, à qui on ne la fait pas. Malheureusement, Dirk Gently n'en fait pas partie. Plus intéressé par la télékinésie, la physique quantique et les pizzas froides que par la chasse minutieuse aux indices, Dirk Gently emploie pour ses enquêtes des méthodes, disons... particulières, avec des résultats, disons... inattendus. Dirk Gently est un détective holistique. Chargé - sans fierté excessive - de retrouver un chat disparu, Gently va être confronté à un fantôme ahuri, un voyageur temporel, un secret dévastateur plus ancien que l'humanité et qui menace de la mener à une fin prématurée... et à un cheval, qui trône nonchalamment dans une salle de bains. En plus, le petit chat est mort. Le plus grand roman policier, romantique, d'humour, de voyage dans le temps, d'horreur et fantastique jamais écrit. Le seul, à la réflexion.

Mon avis :

Après avoir vu la série télévisée diffusée actuellement sur Netflix et pour laquelle j'ai eu un énorme coup de cœur, je me suis dirigée naturellement vers les romans desquels elle était tirée.

Bien que très différent de la série télévisée, ce premier roman est dans le même ton : loufoque, décalé, provocant, mystérieux... L'histoire est quasiment indescriptible avant d'arriver à la fin du roman. Plusieurs intrigues se développent avant que le lecteur comprenne réellement comment tout est lié. N'est-ce pas là l'essence même du terme holistique ? L'auteur joue avec le lecteur, nous emmène à différents endroits, trouble nos sens, nos repères pour au final nous présenter l'histoire dans son ensemble.

La première partie du roman peut être assez troublante. Où tout cela nous mène ? Que se passe-t-il réellement ? Où est Dirk ? Le fameux détective n'apparaît, malheureusement, pas avant la seconde et dernière partie du roman. Cet homme étrange semble détenir des secrets et des talents mystérieux.
Le lecteur est vite pris dans l'histoire, surtout à partir du moment où les éléments de science-fiction font leur apparition.

L'écriture est très intéressante. L'auteur a un talent incontesté pour jouer avec les mots, le lecteur a tout autant de plaisir à suivre l'histoire qu'à lire le style de Douglas Adams.
Ce roman est surprenant sur bien des points. À découvrir pour tous les fans de SF.

lundi 5 février 2018

À la croisée des mondes, tome 1 : Les royaumes du Nord de Philip Pullman



À la croisée des mondes
Tome 1 : Les royaumes du Nord
de Philip Pullman


Éditions Folio Junior 

Sortie le 19 octobre 2017 

Format poche / 528 pages / Prix 8,90 €



Présentation de l'éditeur :

Il est au départ déstabilisant, le monde dans lequel nous invite Philip Pullman, c'est celui de Lyra, la jeune héroïne. Il ressemble étrangement au nôtre, et s'en sépare tout à la fois, étrangement, par des détails qui apparaissent au fil du récit. On voyage en zeppelin, on rencontre des sorcières, des ours en armure... Chaque personnage est accompagné d'un "daemon", sorte d'animal familier mais qui est bien plus que cela : le daemon fait partie de son compagnon humain, il est le reflet de son âme. L'un ne peut survivre à l'autre. Celui de Lyra s'appelle Pantalaimon. Il la suivra dans toutes ses aventures jusque dans les Royaumes du Nord, en quête de la vérité sur la mystérieuse "Poussière".


Mon avis :

Ce premier tome de la fabuleuse saga de Philip Pullman est toujours aussi enchanteresse.

Dans un monde assez similaire au nôtre, chaque humain a un daemon. Le daemon et l'être humain qu'il accompagne sont liés. Ils font partie d'un tout, d'un même être. D'ailleurs, ils ne peuvent pas s'éloigner l'un de l'autre. Jusqu'à l'adolescence, le daemon a la capacité de changer de forme et de prendre l'apparence de n'importe quel animal. Puis, arrivé à un certain âge, il ne change plus et conserve l'apparence d'un des nombreux animaux qui peuplent la planète.

Nous suivons Lyra, une enfant d'une douzaine d'années, avec son daemon Pantalaimon. Ils vont se retrouver propulsés dans une aventure à couper le souffle et qui va les emmener aux confins du grand Nord, et même au-delà. Ils rencontreront des gitans, des sorcières, des ours en armure ; ils affronteront des kidnappeurs, des mercenaires ; ils se baladeront sur des péniches, des traineaux mais aussi dans un ballon dirigeable ; ils vivront des joies et des peines, ils se feront des amis, une famille, mais aussi des ennemis. Ils vivront une aventure qui ne sera que le début d'une encore plus grande !

Ce premier tome est passionnant. Dans ce monde, les scientifiques ont découvert l'existence de la Poussière. Qu'est-ce donc ? Le gouvernement, constitué de religieux, la considère comme quelque chose de malfaisant dont il faut se débarrasser. Les scientifiques, eux, cherchent à en savoir plus dessus. C'est ainsi qu'un conflit fait rage depuis des années, certains veulent éliminer la Poussière, d'autres la comprendre.
L'auteur traite de politique, science, théologie, philosophie... autant de thèmes qui seront approfondis dans les tomes suivants. Bien que les sujets soient parfois complexes, Philip Pullman a une plume accessible à tous et qui ravira petits et grands. Chaque tranche d'âge y trouvera son compte. Peu importe l'âge auquel vous (re)lisez ce livre, chaque lecture est différente.

L'auteur écrit à merveille et nous dépeint des personnages attachants que l'on souhaiterait connaître. Chaque protagoniste est une pierre à l'édifice de l'aventure de Lyra, mais ils sont aussi des mentors pour cette enfant. Ils lui apprennent beaucoup et elle a aussi beaucoup de plaisir à s'instruire. On voit le personnage de Lyra évoluer et grandir grâce à la très grande famille qu'elle se forge à travers ses rencontres.
Les différents lieux où nous entraîne l'auteur nous font voyager : Oxford, Londres, la Laponie... Nous voyageons avec Lyra, nous admirons les aurores boréales avec elle, voyons les sorcières voler, subissons le mal de mer sur le bateau, courrons sur les toits ou dans les souterrains ; autant de choses que Philip Pullman excelle à décrire et qui nous immerge complètement dans notre lecture.

Ce premier tome est un vrai bonheur de lecture, assurément une saga incontournable à découvrir et redécouvrir à tout âge !

dimanche 4 février 2018

Au paradis des manuscrits refusés de Irving Finkel



Au paradis des manuscrits refusés
de Irving FINKEL

Éditions 10 X 18

Sortie le 18 mai 2017
Format poche / 288 pages / Prix 7,50 €



Présentation de l'éditeur :

La Bibliothèque des Refusés est un établissement des plus singuliers : elle recueille - plus encore, elle sauvegarde - tout texte ayant essuyé refus sur refus de la part des éditeurs. Littérature, poésie, mémoires, récits épistolaires. tous les écrits trouvent leur place sur les étagères de la Bibliothèque des Refusés. L'arrivée impromptue d'une insupportable bibliothécaire américaine, l'imposture d'une actrice se faisant passer pour une étudiante dans l'idée de voler des idées pour son prochain film, la menace de cambrioleurs convaincus de trouver là le gros lot, sans compter l'irruption de nombreux aspirants écrivains. autant de mésaventures qui viennent perturber l'ordre tranquille de la Bibliothèque. Entre personnages hauts en couleur et situations cocasses, le tout dans un irrésistible humour british, La Bibliothèque des Refusés est également une merveilleuse déclaration d'amour aux livres et aux manuscrits en tout genre.

Mon avis :

Ce livre ne m'a pas convaincue. Il m'a fallu beaucoup d'énergie pour le finir. Le titre est alléchant, la couverture accroche l'œil et le résumé finit de convaincre le lecteur. Autant d'élément qui sont là pour faire joli et séduire.

Malheureusement, le contenu est loin d'être à la hauteur. De petites histoires s'enchaînent telles de petites nouvelles sur cette bibliothèque des manuscrits refusés. Les différents récits n'ont quasiment aucun lien mis à part le lieu et certains des protagonistes. Les intrigues sont peu prenantes, ce qui rend difficile la lecture, car une fois qu'on en a fini avec une, on n'a pas vraiment envie de continuer.

Les personnages sont assez perchés et font plus penser à des scientifiques fanatiques et passionnés (et paranoïaques) retranchés dans leur bunker et qui ne veulent rien avoir à faire avec l'extérieur. Cet élément censé être de l'humour n'a pas fait mouche. Le seul élément qui fait sourire sont les lettres de refus, certaines sont particulièrement intéressantes, comme celle écrite en haiku. Malheureusement, il y en a trop peu pour rendre cette lecture prenante.

Le style est classique et les personnages pas du tout attachants. C'est un roman au design pour attirer les amoureux des livres, mais qui au final ne tient pas ses promesses.


samedi 3 février 2018

Saga, tome 1 de Brian K. Vaughan



Saga
Tome 1
de Brian K. Vaughan

Éditions Urban Comics

Sortie le 15 mars 2013
Format album / 168 pages / Prix 15,50 €



Présentation de l'éditeur :

Un univers sans limite, peuplé de tous les possibles. Une planète, Clivage, perdue dans la lumière froide d'une galaxie mourante. Sur ce monde en guerre, la vie vient d'éclore. Deux amants que tout oppose, Alana et Marko, donnent naissance à Hazel, un symbole d'espoir pour leurs peuples respectifs. L'espoir, une idée fragile qui devra s'extraire du chaos de Clivage pour grandir, s'épanouir et conquérir l'immensité du cosmos.

Mon avis :

Ce premier tome est intéressant. Il pose les bases d'un univers extrêmement riche. On suit Alana et Marko, deux êtres venants de Continent et de Couronne, une planète et son satellite. Tout semble les opposer, jusqu'au conflit remontant aux origines du monde entre leurs deux espèces. Et pourtant, leur amour a donné naissance à un enfant métis. Une petite fille qui va se retrouver traquer par les meilleurs assassins de la galaxie. 

On rentre très vite dans l'histoire et on se retrouve entraînés dans une course poursuite à l'échelle de l'univers. On découvre des mondes différents, des êtres différents, la magie côtoie la science-fiction, on croise même des fantômes. Il semble que l'auteur ne s'est pas posé de limites pour façonner son univers, et cela ne peut que combler le lecteur. 

Le graphisme les couleurs sont beaux. L'attention portée aux designs des différents protagonistes est intéressante et variée. Ainsi, on prendra plaisir à noter les différents types d'ailes du peuple de Continent : ailes de chauve souris, ailes avec des plumes, ailes de libellules, etc. et les diverses cornes pour ceux de Couronne : corne de licorne, de bouc, de cerf... Néanmoins, les créatures ne se limitent pas à ceux de ces deux mondes et le lecteur pourra aussi découvrir de nombreux peuples aux morphologies bien différentes et éloignées de l'être humain. 

C'est donc un premier tome très intriguant, qui encourage le lecteur à continuer afin d'en apprendre plus sur cet univers exceptionnel. 

vendredi 2 février 2018

Fille de bohème de Vania Prates



Fille de bohème
de Vania Prates

Éditions CHARLESTON EDITIONS

Sortie le 16 janvier 2018
Format broché / 392 pages / Prix 18,00 €



Présentation de l'éditeur :

« Un roman que j'ai adoré et comme j'aime en lire ! Bravo à l'auteure, qui a su me transporter ! »
Clarisse Sabard, membre du jury du Prix du Livre Romantique, auteure du best-seller Les Lettres de Rose
Mélissandre a tout ce qu'elle désire dans la vie : un bon travail, le fiancé parfait, l'appartement de ses rêves. Son avenir est, selon elle, d'ores et déjà tracé. Mais un soir, lors de l'enterrement de vie de jeune fille de sa meilleure amie, une étrange femme va la mettre au défi de tenter l'expérience de l'hypnose et sa vie va s'en trouver complètement chamboulée.
Revivant, en songe, la vie aussi dangereuse qu'exaltante d'Éveline, bohémienne de la cour des Miracles, Mélissandre commence à perdre pied. Qui est cette fille qui lui fait revivre des souvenirs d'une vie lointaine, vécue à une autre époque ? Pourquoi cela semble-t-il avoir un tel impact sur elle ? Et pourquoi le beau Ric, qu'elle rencontre à Montmartre, ressemble-t-il tant au mystérieux Cam de ses rêves ?
Un roman addictif sur les étonnants pouvoirs de l'hypnose, mêlant histoire d'amour, suspense et développement personnel


Mon avis :

Voici mon deuxième coup de cœur de l'année ! On peut dire que 2018 commence bien côté lectures.

On suit Méli, jeune femme à qui tout réussi : un bel appartement, un super métier, un fiancé, tout semble montrer qu'elle mène une vie parfaite. Et pourtant, lors d'une soirée, un événement majeur va l'aider à ouvrir les yeux sur ce qu'est réellement sa vie.

Ce roman est un vrai livre feel-good. On passe un excellent moment à suivre Méli et la prise de conscience qui vient bouleverser sa vie. Mais on adore aussi suivre Évy, et sa vie à la cour des miracles dans le Paris du XVIIème siècle.
Les passages d'une vie à l'autre et d'une époque à l'autre sont bien dosés et à aucun moment je ne me suis sentie frustrée de changer de narrateur. Les histoires sont passionnantes, on se prend très vite au jeu et on cherche à en savoir plus sur ces deux jeunes femmes.
Bien que l'histoire soit centrée sur Méli qui remet en question sa vie, ce roman n'est pas du tout un roman de développement personnel déguisé.

Les personnages offrent un large éventail de personnalités et d'origines. On s'attache à certains, on en déteste d'autres, mais on prend un grand plaisir à tous les découvrir. Les relations et la complicité que l'on ressent entre les différents protagonistes, à travers les échanges et les événements, sont savoureux.

La plume de l'auteur est géniale. La lecture est fluide, on est loin des clichés, on rit, on est émus, ce livre gonfle notre petit cœur d'émotions. Et lorsqu'on referme Fille de Bohème, on est triste de quitter tout ce petit monde qu'on a appris à apprécier comme des amis. C'est donc un roman que je recommande chaudement !